Yule

21 décembre 2021 - les fêtes

Le deuxième sabbat de notre roue des fêtes païennes célèbre l’arrivée de l’hiver.

Le solstice marque, dans notre hémisphère, la nuit la plus longue, le soleil ne se lèvera pas ce jour-là.

Cette célébration rend hommage au soleil qui, timidement, commence à effectuer son grand retour. Jusqu’à la fête de Litha, en juin, les jours vont se rallonger et bannir momentanément l’obscurité.

Pour de nombreuses cultures ou religions, ce solstice marque le début d’une période festive plus ou moins longue. En effet, nos ancêtres vivaient au rythme de la lumière et des saisons. Leurs vies étaient cadencées par ces cycles. L’annonce du grand retour du soleil était une occasion de réjouissances, qui se fêtait copieusement, rendant ainsi hommage à la nature et l’existence.

L’arrivée de l’hiver marque un changement de saison et surtout d’énergie majeur. La nature devient silencieuse, les animaux hibernent, … Les êtres humains se soumettent également au cycle des saisons, malgré le confort moderne. Cette époque de l’année nous invite à un moment de régénération et d’introspection, à nous préparer et planter de nouvelles graines pour les beaux jours à venir.

les origines

C’est en ancienne Scandinavie, il y a près de 4000 ans, que ce rite d’hiver commença à être célébré. Il s’agit certainement de la plus universelle et ancienne fête qui soit.

Ce terme ancien signifie roue. En effet, il s’agit d’un moment de l’année où la roue des saisons tourne.

En vieux norrois, Jól a finalement donné naissance à Hjól en islandais, Jul en danois, norvégien et suédois et enfin Yule pour les peuples anglo-saxons et germaniques. La fête elle-même serait encore plus ancienne que le terme.

Yule est en fait un Noël pré-chrétien. C’est pour cela que la plupart des traditions de Noël sont d’origine païennes. D’ailleurs ce mot a des racines germaniques ‘Neue Helle’, qui signifie nouvelle clarté… Cependant, malgré le christianisme, Noël se nomme encore Yule dans les pays nordiques.


les rituels

Il s’agit de quelques idées de célébration, … Chacun.e est libre d’effectuer les rituels qu’il désire, toujours un esprit bienveillant et respectueux.

Décorer des arbres. Le traditionnel sapin de Noël que l’on connaît aujourd’hui est aussi de racine païenne. Le sapin reste intact au fil des saisons, il ne perd pas ses aiguilles, ni ne change de couleur. On voyait en lui un symbole d’éternité. Des décorations colorées, rappelant les astres, illuminent le sapin en hommage aux âmes et aux divinités.

Faire brûler une grande bûche de Yule. En principe en chêne, elle est allumée lorsque la nuit est tombée et doit brûler jusqu’au petit matin. Elle aura été préalablement décorée d’éléments naturels, tels que des baies, des feuilles, … La coutume voulait qu’on utilise un morceau de bûche de l’année précédente pour allumer celle de la nouvelle année. Une fois la veillée terminée, les cendres récoltées peuvent être dispersées autour de la maison pour s’attirer chance et protection tout au long de l’année à venir. Le dessert que l’on appelle la bûche de Noël est la variante moderne de la bûche de Yule.

Chasser symboliquement l’obscurité au profit d’une lumière renaissante, en faisant un feu de cheminée, ou un grand feu extérieur. Il est aussi de coutume d’allumer de bougies chez soi.

Faire un don. Un autre rite de Yule est d’offrir un présent à une personne dans le besoin. Tradition qui s’est également transformée en une course aux cadeaux effrénée…

Une introspection, une méditation, pour faire briller sa lumière intérieure.

➜ découvrez la fête suivante

L’article vous a plu? Célébrez-vous aussi ce sabbat? Racontez-moi tout en commentaire…

LOVE,

Pascale


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *